LES ACCORDS TOLTEQUES première partie

LES ACCORDS TOLTEQUES première partie

Introduction

Les Accords Toltèques ont été présentés au monde occidental par Don Miguel RUIZ, né et élevé au Mexique dans la tradition des anciens Toltèques, connus depuis longtemps à travers tout le Sud de ce pays comme « des hommes et des femmes de connaissance »
Don Miguel fait des études de médecine et devient chirurgien. Après une expérience de mort imminente (NDE), il décide de transmettre sa connaissance des Accords Toltèques à travers plusieurs livres dont l’un des plus connus a pour titre : « Les quatre accords toltèques ».

• Nous nous proposons de vous présenter ces Accords au fil des mois (janvier, mars et mai 2016).
Rêver est la fonction principale de notre esprit qui fait cela 24 heures sur 24. Les humains rêvent en permanence, nous dit Don Miguel. Avant notre naissance, les humains nous précédant ont créé un grand rêve extérieur que l’on appelle le rêve de la société ou le rêve de la planète. Le rêve de la planète est le rêve collectif résultant de milliards de rêves personnels plus petits qui, ensemble, forment le rêve d’une famille, le rêve d’une communauté, le rêve d’une ville, le rêve d’un pays et finalement le rêve de toute l’humanité. Il comprend toutes les règles de la société, ses croyances, lois, religions, cultures, modes de vie, gouvernements, écoles, évènements sociaux … Nous naissons avec la capacité d’apprendre comment rêver, et les humains qui nous précèdent nous apprennent à le faire de la façon dont rêve la société.

Enfant, les adultes qui nous entouraient ont capté notre attention et introduit des informations dans notre esprit par la répétition. Incapables de choisir nos croyances, nous leur avons donné notre accord. Nous avons également appris à capter l’attention des autres, et développé un besoin d’attention très compétitif. Nous avons aussi appris à juger : nous juger et juger les autres, les voisins.

Enfant, nous avons été élevés avec un système de punitions et de récompenses : « tu es un gentil garçon (une gentille fille), si tu fais ceci ». Si ce n’était pas le cas, on nous qualifiait de méchant garçon ou de méchante fille. Ayant peur d’être punis ou de ne pas être récompensés, nous nous sommes mis à prétendre être ce que nous n’étions pas, pour faire plaisir aux autres, et nous avons commencé à jouer des rôles, par peur d’être rejetés.

Nous vivons selon le système de croyances que l’on nous a inculquées, en utilisant le même processus de punitions et de récompenses pour nous-mêmes. Une part de notre esprit juge toute chose et chacun : c’est le juge intérieur ; une autre part de nous-mêmes reçoit ces jugements : c’est la victime, qui subit la réprimande, la culpabilité et la honte.

Si l’on regarde la société humaine, on constate que la raison pour laquelle il est si difficile d’y vivre est qu’elle est régie par la peur. Les mêmes peurs se manifestent de façon différente chez chacun mais nous ressentons tous de la colère, de la jalousie, de la haine, de l’envie et d’autres émotions négatives. Chaque fois que l’on ressent colère, jalousie, envie ou haine, on sent comme un feu qui brûle en soi : on vit dans un « rêve d’enfer ». Notre rêve personnel peut ainsi devenir un cauchemar personnel dans lequel nous souffrons. Nous ne voyons pas la vérité en raison des fausses croyances qui encombrent notre esprit : notre esprit est dans le brouillard, le « mitote », comme disent les Toltèques.

Nous avons élaboré une image de ce qu’est la perfection afin d’essayer d’être toujours comme il faut, pour être accepté par tout le monde. Mais n’étant pas parfaits, nous nous rejetons car nous ne nous pardonnons pas de ne pas être tels que nous le souhaitons.

Si nous sommes capables de voir que nos accords dirigent notre existence, et si nous n’aimons pas le rêve de notre vie, nous pouvons décider de changer ces accords.

 

Le premier accord Toltèque

Voici donc le premier des accords toltèques que nous propose Miguel Ruiz : « Que votre parole soit impeccable »
La parole n’est pas seulement un son ou un symbole écrit. C’est une force ; elle représente notre capacité à s’exprimer et à communiquer, à penser et donc à créer les évènements de notre vie. Elle est à double tranchant, elle peut créer les rêves les plus beaux ou tout détruire autour de nous. Si elle réussit à capter notre attention, une parole peut pénétrer notre esprit et changer toute une croyance, en mieux ou en pire.

Être impeccable, c’est ne rien faire contre soi-même. Lorsque nous sommes impeccables, nous ne faisons rien contre nous-mêmes, nous assumons la responsabilité de nos actions, mais nous ne jugeons pas, nous ne nous critiquons pas. Avoir une parole impeccable, c’est faire bon usage de notre énergie, l’utiliser dans le sens de la vérité et de l’amour de soi-même.
Le mauvais usage de la puissance de la parole crée « l’enfer ». On l’utilise pour médire, critiquer, culpabiliser, détruire, autrui ou soi-même (« je suis stupide, je ne comprends jamais rien »). Médisance et rumeurs sont comme des virus informatiques dans notre cerveau-ordinateur, c’est encore le « mitote ».

Si nous concluons ce premier accord et que notre parole devient impeccable, nous éliminerons progressivement tout poison émotionnel de notre esprit et de nos relations personnelles. Nous serons également immunisés contre toutes les paroles négatives d’autrui sur nous. L’intensité de notre amour-propre et les sentiments positifs que nous nous nourrissons envers nous sont directement proportionnels à la qualité et à l’intégrité de notre parole. Lorsque celle-ci est impeccable, nous nous sentons bien, nous sommes heureux et en paix.

Articles qui pourraient vous intéresser

,

OPERATION TRANQUILLITE VACANCES 2019

Sécuriser son domicile aide aussi à lacher prise pendant.

DES VACANCES BIEN PROTEGEES 2ième PARTIE

C’est bientôt l’été, peut-être allez-vous décider de partir en.

LES ACCORDS TOLTEQUES première partie

Introduction

Les Accords Toltèques ont été présentés au monde occidental par Don Miguel RUIZ, né et élevé au Mexique dans la tradition des anciens Toltèques, connus depuis longtemps à travers tout le Sud de ce pays comme « des hommes et des femmes de connaissance »
Don Miguel fait des études de médecine et devient chirurgien. Après une expérience de mort imminente (NDE), il décide de transmettre sa connaissance des Accords Toltèques à travers plusieurs livres dont l’un des plus connus a pour titre : « Les quatre accords toltèques ».

• Nous nous proposons de vous présenter ces Accords au fil des mois (janvier, mars et mai 2016).
Rêver est la fonction principale de notre esprit qui fait cela 24 heures sur 24. Les humains rêvent en permanence, nous dit Don Miguel. Avant notre naissance, les humains nous précédant ont créé un grand rêve extérieur que l’on appelle le rêve de la société ou le rêve de la planète. Le rêve de la planète est le rêve collectif résultant de milliards de rêves personnels plus petits qui, ensemble, forment le rêve d’une famille, le rêve d’une communauté, le rêve d’une ville, le rêve d’un pays et finalement le rêve de toute l’humanité. Il comprend toutes les règles de la société, ses croyances, lois, religions, cultures, modes de vie, gouvernements, écoles, évènements sociaux … Nous naissons avec la capacité d’apprendre comment rêver, et les humains qui nous précèdent nous apprennent à le faire de la façon dont rêve la société.

Enfant, les adultes qui nous entouraient ont capté notre attention et introduit des informations dans notre esprit par la répétition. Incapables de choisir nos croyances, nous leur avons donné notre accord. Nous avons également appris à capter l’attention des autres, et développé un besoin d’attention très compétitif. Nous avons aussi appris à juger : nous juger et juger les autres, les voisins.

Enfant, nous avons été élevés avec un système de punitions et de récompenses : « tu es un gentil garçon (une gentille fille), si tu fais ceci ». Si ce n’était pas le cas, on nous qualifiait de méchant garçon ou de méchante fille. Ayant peur d’être punis ou de ne pas être récompensés, nous nous sommes mis à prétendre être ce que nous n’étions pas, pour faire plaisir aux autres, et nous avons commencé à jouer des rôles, par peur d’être rejetés.

Nous vivons selon le système de croyances que l’on nous a inculquées, en utilisant le même processus de punitions et de récompenses pour nous-mêmes. Une part de notre esprit juge toute chose et chacun : c’est le juge intérieur ; une autre part de nous-mêmes reçoit ces jugements : c’est la victime, qui subit la réprimande, la culpabilité et la honte.

Si l’on regarde la société humaine, on constate que la raison pour laquelle il est si difficile d’y vivre est qu’elle est régie par la peur. Les mêmes peurs se manifestent de façon différente chez chacun mais nous ressentons tous de la colère, de la jalousie, de la haine, de l’envie et d’autres émotions négatives. Chaque fois que l’on ressent colère, jalousie, envie ou haine, on sent comme un feu qui brûle en soi : on vit dans un « rêve d’enfer ». Notre rêve personnel peut ainsi devenir un cauchemar personnel dans lequel nous souffrons. Nous ne voyons pas la vérité en raison des fausses croyances qui encombrent notre esprit : notre esprit est dans le brouillard, le « mitote », comme disent les Toltèques.

Nous avons élaboré une image de ce qu’est la perfection afin d’essayer d’être toujours comme il faut, pour être accepté par tout le monde. Mais n’étant pas parfaits, nous nous rejetons car nous ne nous pardonnons pas de ne pas être tels que nous le souhaitons.

Si nous sommes capables de voir que nos accords dirigent notre existence, et si nous n’aimons pas le rêve de notre vie, nous pouvons décider de changer ces accords.

 

Le premier accord Toltèque

Voici donc le premier des accords toltèques que nous propose Miguel Ruiz : « Que votre parole soit impeccable »
La parole n’est pas seulement un son ou un symbole écrit. C’est une force ; elle représente notre capacité à s’exprimer et à communiquer, à penser et donc à créer les évènements de notre vie. Elle est à double tranchant, elle peut créer les rêves les plus beaux ou tout détruire autour de nous. Si elle réussit à capter notre attention, une parole peut pénétrer notre esprit et changer toute une croyance, en mieux ou en pire.

Être impeccable, c’est ne rien faire contre soi-même. Lorsque nous sommes impeccables, nous ne faisons rien contre nous-mêmes, nous assumons la responsabilité de nos actions, mais nous ne jugeons pas, nous ne nous critiquons pas. Avoir une parole impeccable, c’est faire bon usage de notre énergie, l’utiliser dans le sens de la vérité et de l’amour de soi-même.
Le mauvais usage de la puissance de la parole crée « l’enfer ». On l’utilise pour médire, critiquer, culpabiliser, détruire, autrui ou soi-même (« je suis stupide, je ne comprends jamais rien »). Médisance et rumeurs sont comme des virus informatiques dans notre cerveau-ordinateur, c’est encore le « mitote ».

Si nous concluons ce premier accord et que notre parole devient impeccable, nous éliminerons progressivement tout poison émotionnel de notre esprit et de nos relations personnelles. Nous serons également immunisés contre toutes les paroles négatives d’autrui sur nous. L’intensité de notre amour-propre et les sentiments positifs que nous nous nourrissons envers nous sont directement proportionnels à la qualité et à l’intégrité de notre parole. Lorsque celle-ci est impeccable, nous nous sentons bien, nous sommes heureux et en paix.

Articles qui pourraient vous intéresser

,

OPERATION TRANQUILLITE VACANCES 2019

Sécuriser son domicile aide aussi à lacher prise pendant.

DES VACANCES BIEN PROTEGEES 2ième PARTIE

C’est bientôt l’été, peut-être allez-vous décider de partir en.